LES PRÉMICES
DE LA PERLICULTURE

La culture de perles de grande qualité nécessite une eau sans trace de pollution. Véritable gisement naturel d’huîtres Pinctada margaritifera, les îles et les atolls choisis par Robert Wan sont très éloignés de Tahiti. La population peu nombreuse ne menace pas la fragilité des écosystèmes.

Sur les atolls perliers, deux périodes passionnantes rythment la vie des travailleurs : la période de greffe et celle de la récolte qui voit l’aboutissement de tout un labeur.

En 1888, Kichimatsu Mikimoto commence sa conquête de la perle du Japon, la fameuse Akoya. Il réalise que si un corps étranger s’introduit dans une huître, ce dernier sera soit recouvert de couches nacrières soit expulsé. Face à cette découverte, Mikimoto se lance dans de nombreux essais de greffe et récolte en 1905 ses premières perles.

Certains joailliers, y voyant une menace pour leur commerce, les assimilent à des faux. Ce n’est que dans les années 30 que le professeur Louis Boutan de l’Université de Bordeaux et le professeur.

Lyster Jamenson de l’Université d’Oxford donneront à la perliculture ses premières lettres de noblesse en déclarant : « Il n’y a aucune différence entre le processus biologique conduisant à la formation d’une perle fine et celui d’une perle de culture ».

ÉVALUATION
D'UNE PERLE

Les perles de Tahiti sont considérées comme faisant parties des plus fines gemmes au monde. Afin de vraiment apprécier leur beauté, il est nécessaire de comprendre les critères d’expertise qui sont aussi rigoureux et précis que ceux déterminant la qualité d’un beau diamant :

LUSTRE

La réflexion en surface de la lumière. Il est l’éclat, le brillant de la perle.

L'ORIENT

La manière dont la nacre reflète et décompose la lumière au travers des cristaux d’aragonite sécrétés autour du noyau. L’Orient est le gage d’une perle de grande qualité.

LA SURFACE

La surface de la perle peut être marquée par plusieurs petites irrégularités ou rayures rendant cette dernière unique.

LA TAILLE

Les plus petites perles issues des lèvres noires de la Pinctada margaritifera ont un diamètre de 8 millimètres. Mais la majorité des perles produites se situent entre 9 et 12 millimètres. Les perles au-delà de 13mm sont rares, Robert Wan en est d’ailleurs le spécialiste.

perle tahiti

LA COULEUR

Malgré son nom de perle noire, les perles produites ne sont pas nécessairement toutes noires. En effet, la perle de culture de Tahiti se caractérise par ses couleurs de base foncées (noire ou grise). Cependant, elle déploie une multitude de nuances allant du blanc au gris lunaire, en passant par les tons les plus surprenants : Cherry, Peacock, Blue, Tahitian Gold, Tahitian Silver, Tahitian Cooper… Le goût de chacun demeurera le principal critère d’appréciation.

LA FORME

La forme des perles dépend à la fois des facteurs biologiques du milieu marin et des caractères spécifiques de la nacre. Les perles parfaitement rondes et symétriques sont les plus rares et les plus exceptionnelles. Elles représentent 5% maximum de la récolte. Leur valeur est par conséquent beaucoup plus grande.

L'APPAIRAGE

Parce qu’elles sont uniques, les perles sont extrêmement difficiles à marier. Certains colliers de perles prennent plusieurs années et plusieurs récoltes pour être appairés. C’est la raison pour laquelle le prix d’un collier de 35 perles est plus élevé que celui de 35 perles vendues individuellement.

LA PERLE DE TAHITI

OÙ SE TROUVE TAHITI ?

La Polynésie Française qui s’étend sur un territoire aussi vaste que celui de l’Europe est composée de 118 îles dont la plus grande est Tahiti. Située dans l’Est du Pacifique Sud à 6200 km de Los Angeles ( USA ), 8800 km de Tokyo ( Japon ) et 5700 km de Sydney ( Australie ), la Polynésie Française est organisée en 5 archipels : Les îles de la Société, des Tuamotu, des Marquises, des Gambier et des Australes.

OÙ CULTIVE-T-ON
LES PERLES DE TAHITI ?

Elles sont cultivées dans des fermes perlières construites sur les lagons des îles des Tuamotu et Gambier.

POURQUOI LA PERLE DE TAHITI
EST-ELLE NOIRE ?

Parce qu’elle est cultivée dans une huître endémique à la Polynésie Française – La Pinctada Margaritifera – ou Huître à lèvre noire. Ce mollusque sécrète naturellement un pigment noir qui va donner à la perle de Tahiti une teinte variant du noir au gris clair.La couleur de la perle dépend de plusieurs facteurs : la qualité de l’huître et de sa variété, du lagon et du greffon introduit dans l’huître avec le nucleus, petite bille taillée dans une moule du Mississipi.

LES PERLES DE TAHITI
SONT-ELLES TEINTÉES ?

Absolument pas. Quelque soit la couleur finale, la couleur des perles de Tahiti est 100% naturelle.

LA PERLE DE TAHITI
EST-ELLE NATURELLE ?

La Perle de Tahiti est cultivée naturellement. La formation de la couche nacrière autour du nucleus est un procédé naturel de défense exécuté par l’huître perlière. Une intervention humaine est cependant nécessaire à l’insertion du nucléus et du greffon dans la poche de la nacre pour que la perle puisse s’y développer correctement.

DE QUOI SE NOURRIT
L’HUÎTRE PERLIÈRE PENDANT
LEUR PÉRIODE DE PRODUCTION ?

L’huître perlière se nourrit essentiellement de planctons et de minéraux par filtration de l’eau. C’est pourquoi la qualité des eaux du lagon est essentielle à la santé des huîtres pour le développement de la Perle.