#covid19 - Veuillez noter que les livraisons sont très perturbées Nous vous tiendrons informé lors de votre commande en fonction du pays d'expédition de votre bijou.
Bienvenue dans le monde étonnant de la perle de Robert Wan Marutea, joyau du Pacifique

La protection de la perle de Tahiti et des lagons polynésiens

La perle et l'environnement forment les équations les plus simples et les plus fragiles qui soient.

Simples parce que l'une repose sur l'autre et l'inverse. Fragile parce que sans un environnement sain, il n'y a pas de belle perle. Néanmoins, ce biotope naturel s'affaiblit en raison de la culture de plusieurs centaines de milliers d'huîtres perlières stockées dans les stations de la ferme perlière à proximité les unes des autres, ce qui augmente le risque de menace. Pourtant, l'harmonie parfaite entre "salinité, température, oxygène et nutriments" n'existe nulle part ailleurs dans le monde.

Cet environnement doit être protégé et pas seulement de manière temporaire car ce qui compte c'est le long terme ; en effet, une jeune huître perlière a besoin d'un minimum de cinq ans avant de devenir une nacre prête à être greffée et à donner une récolte. En gardant cela à l'esprit, Robert Wan a signé une sorte de contrat moral avec les atolls et les lagons qu'il aime, ainsi qu'avec les hommes et les femmes avec lesquels il travaille, pour respecter et protéger l'environnement. Des observateurs scientifiques inflexibles surveillaient la qualité de l'eau, la faune marine et la flore des lagons.

Dans ses fermes perlières, le rythme quotidien est rythmé par l'attention et les soins apportés au lagon et à l'élevage : pas de détergent mais des savons organiques, pas d'engrais, pas de peinture antisalissure, économie d'eau de pluie, rapatriement des déchets à Tahiti...

L'huître perlière offre le miracle extraordinaire de donner naissance à un joyau resté unique au monde depuis 500 millions d'années. Il est de notre devoir de protéger son environnement.

Dans les fermes perlières de Robert Wan, c'est devenu un engagement qui a été reconnu par les plus hautes autorités : Les installations de South Marutea ont été certifiées BIO en 2009, les autres lagons ont suivi. Ce n'était pas une question de temps mais c'était le défi.